faugladtauscinagcirsinglenmaerisdeansti.xyz

not simple, seems Calm down!..

Menu

Category: Classic Rock

Various - Quest-ce Quil Y A? (Cassette)

03.12.2019 Kajit 8 Comments

Most could find out. When working with a limited number of transcripts fewer than 10 , using software can prove more cumbersome than helpful. However, for larger studies, software packages can make data analysis more efficient, thorough, organBOX 6. Among the most common software packages are: Assemble all materials: interview guide, tranEthnograph scripts, tapes, demographic information about informants, and field notes.

Read each transcript completely. DT Search. Develop an initial set of codes corresponding Figure 6. The researchers quesContinue to refine codes throughout analysis tion is labeled R, and the infor- create new codes for new themes and more mants comments are labeled with specific codes for complex themes. Numbers indicate lines of text Mark sections that relate to study themes and the informants comments are Identify quotes to use in the report.

Create an overview grid matrix to categorize Researchers must remember that informant comments and themes and simplify qualitative software packages do not data classification. After reading simply assist with data organization, all responses to a single question, prepare a enabling the team to better interpret summary statement that describes patterns study results.

Additionally, researchers should note that qualitative data analysis is subjective: different researchers may lend different interpretations to study findings. However, approaching analysis systematically, com-. In general, qualitative reports should be rich in detail and presented in narrative form.

Researchers should cover recurring themes across interviews, patterns in target audiences attitudes and behavior, informants concerns, conflicting information, and unexpected findings. Words used by informantsWhich words are new or unique to the target audience?

Context of responsesHow was a response triggered? Internal consistencyDo informants contradict themselves or change their opinions during discussion? Frequency of commentsHow often did a concept or topic arise? Extensiveness of commentsHow many informants spoke about a particular issue? Intensity of commentsDid informants speak about certain issues with intensity, passion, or depth of feeling?

Specificity of responsesDid informants provide specific examples from their experiences or did they provide vague and impersonal comments? Issues left unsaidWas a topic overlooked by informants? Perhaps it wasnt as relevant as researchers suspected. Big ideasWhich trends or ideas cut across all interviews? Krueger b. Introduction including a brief literature review ; Methods Results includes data interpretation and salient quotations Conclusions including study limitations Programmatic Implications Appendices.

Good reports tell a story unknown to most readers and provoke thought about behavior and health-related issues. The Results and Conclusions sections are the. They should be clear, succinct, and entertaining for the reader.

Recurring Themes Longfield et al. Consequently, they experience a sense of increased pride and continue pursuing cross-generational relationships. If youre seen with a young girl, your friends say, This guy, you know, he has such a good babe. Its for identification. Its for status male supervisor, 38 years, Mombasa. Consensus Among Informants Richter and Bobin Both men and women said that condoms are less likely to be used in affectionate relationships than in those that are primarily for sex.

The word trust is commonly used when describing affectionate relationships, and the level of trust between partners is a major factor determining condom usage or non-usage. Informants Concerns Sachingongu When asked what issues respondents talked about with their girlfriends, marriage and pregnancy were most often cited. Often, the girls initiated such discussions, in particular those concerning their boyfriends intentions with respect to marriage. Sometimes my girlfriend asks me if I would marry her.

She also asks me what I would do if she becomes pregnant. I told her that I would marry her but not now male, 19 years, Grade 7. Conflicting Information Longfield, Cramer, and Sachnigongu Many informants stated that as long as they remain sexually faithful to their partners, they can avoid infection.

As a result, informants viewed monogamous sexual relationships as risk free even though the majority of their relationships lasted no longer than 6 months. Some informants doubted the efficacy of condoms while in Meru, one man was quoted as saying that he swallows a tablet before sex to avoid getting infected with STDs. They should keep in mind that interview settings and dynamics of discussions influence informants comments. Do not quantify findings from interviews. Unlike quantitative reports, qualitative reports should not present numbers or tallies of responses.

Instead, descriptors such as most, some, a few, and several should be used. If comments are only relevant to one or two informants in a study, they are probably not worth reporting. Avoid making definitive statements about how informants think or feel.

They must keep in mind that inforBe objective and dont make assumptions. Avoid definitive arguments. Reports should not present inforReport what informants said. Another preceding statement. Dont use too many quotations. Researchers should include salient quotations from informants that illustrate study findings; however, quotations should be used sparingly so they do not lose their effectiveness.

If too many quotations are used, the report will read like a transcript rather than a narrative. Qualitative research reports are generally longer than those produced for quantitative studies. However, it is important to restrict reports for interviews to a reasonable length in order to maintain reader.

Because researchers become so involved in data analysis and close to the topic at hand, there is a temptation to include everything in reports, making it difficult to limit their length.

It is often useful to have colleagues read and edit researchers reports, allowing them to trim nonessential information and keep only that essential to telling a comprehensive story. Appropriate circumstances under which interviews should be modified are when researchers work in countries where individuals are distrustful or skeptical of the researchers intentions, when it is inappropriate for researchers to contact members of the target audience, or when researchers wish to explore an unknown behavior or cultural domain.

If you are interested in using any of the following methodologies, please contact your Washington-based researcher or regional research coordinator. Paired Interviews Paired interviews are also called friendship paired interviews, dyads two people , or triads three people.

These interviews combine the dynamics of a group discussion with the more personal atmosphere of an individual interview. When two friends or colleagues are interviewed together, they tend to support each other. They also challenge the accuracy of each others accounts and play off of one anothers comments NOP This process like FGDs allows researchers to gain insight into the true meanings behind informants comments.

In addition to collecting formative data, paired interviews are an effective method for pretesting materials. When it is too expensive or difficult to gather several participants for FGDs, paired interviews can be a cost- and timeefficient alternative. Peer Ethnographic Research This research method uses peers to conduct in-depth and unstructured interviews with individuals from their social networks. Peer researchers become key informants by virtue of their status within a. Rather than conducting several interviews with different informants, peer researchers conduct a series of interviews with the same small sample of informants.

The advantage of the peer ethnographic method is that it allows researchers to conduct research with hardto-reach groups e. A basic principle of the approach is that peers have established relationships of trust with the individuals they interview. Peer interviews are intended to uncover the meanings associated with behavior and reveal informants perception of others within their social network Price Peer researchers are trained to conduct fieldwork and debrief PSI staff members.

They also participate in follow-up workshops to analyze data and identify key issues that emerge from interviews. For more information on peer ethnographic research see Richter and Bobin, Pile Sorts Pile sorts are a type of classification study in which interviewers ask informants to sort cards that contain different terms into categories.

Free-listing exercises precede pile sorts; target audience members brainstorm related words, concepts, or statements along a single study theme i. Local terms solicited during free-listing exercises are entered into a program such as Anthropac or SPSS to reveal the most common elements in a domain.

Terms are then transferred to 3 x 5 index cards. During pile sorts, informants are asked to sort cards, each containing the name of an item, into piles so that items in a pile are more similar to each other than they are to items in separate piles Weller and Romney Cards can be sorted into a predetermined number of categories or informants can determine an appropriate number Bernard , Once informants have created their piles, interviewers ask them to explain the groupings.

The analysis of pile sort data is called cluster analysis. As such, it uncovers informants own system of categorizing information and reveals the level of agreement that exists between informants perception of the same domain Bernard ; Borgatti ; Spradley.

Pile sort exercises are useful for examining a variety of health topics, such as different types of sexual partners, classifications of illness, and methods of contraception. This methodology is recommended for larger samples of at least 30 people or for studies that contain several local terms Weller Listed below are some common challenges researchers face when conducting interviews: Logistic Confusion Insufficient communication among researchers, recruiters, interviewers, and other individuals responsible for interview logistics can result in compromised results.

Common mistakes are recruiting too many informants or not enough , double-booking interviews requiring one informant to wait or reschedule , inadequate transportation for informants, informants who arrive late, sites that lack privacy, and forgotten equipment. To limit confusion, create checklists for all individuals involved that cover their responsibilities and your expectations. Follow up with meetings, visits, and phone calls to remind individuals of important dates, supply needs, and deadlines.

Time and Resource Constraints Too few resources and too little time can compromise study results and make study implementation a frustrating process. Supervisors often ask researchers to stray from study objectives, collect additional data from informants, limit the required number of interviews, or disseminate results under impractical deadlines.

Researchers should work with their supervisors to design the study, outline objectives, and consider the consequences of changing study protocol. Insufficient Time for Data Analysis and Report Writing Researchers should not underestimate the time required for thorough analysis and report writing.

Coding data can be a tedious process. Additional time is required when working as a group: Researchers require time to discuss. After analysis, researchers should be allowed at least 2 full weeks to write a preliminary report and additional time to incorporate reviewers edits. Generalizability Findings from interviews are not intended to be generalized to larger populations.

The goal of qualitative research is to examine a topic in depth and provide explanations for behavior. Although interviews can indicate a range of views and opinions, they do not reveal the distribution of such views among a larger audience Dawson, Manderson, and Tallo Other research methods such as surveys sacrifice depth for breadth and are used to make generalizations about groups.

What interviews offer is transferability: Findings from one study may suggest trends in other environments and contexts. It is up to individuals reviewing the research to consider the methods, procedures, and audience included in a study and to decide upon the applicability of findings to other audiences Krueger b.

Increasing the number of interviews to improve coverage and representativeness achieves neither and rarely improves the utility of data. Conducting too many interviews suggests a misunderstanding of the purpose of qualitative research. It also results in too much data, overwhelming researchers who lack time to sufficiently analyze results Shedlin and Schreiber Introduction: PSI wants to understand the reasons why people come for Voluntary Counseling and Testing at New Start Centres so that the organization can improve its voluntary counseling and testing services in order to attract more clients I would appreciate if you can spare some time to answer the questions below.

Your responses will not be identified with you and the information that you will give me will be held in strictest confidence. Thank you for your cooperation. When did you know about New Start for the first time? How did you know about New Start?

Do you think HIV testing is helping in mitigating the epidemic and how? What do you think are the possible solutions to abating the epidemic and why? Why did you decide to take a test today? Why is it that you did not take the test earlier? Is there anybody whom you told that you will be taking an HIV test today and if yes how are you related to that person?

What do you plan to do now that you know your HIV status? We shall be discussing how men and women socialize in Kenya today, given the prevailing economic, social and health conditions.

Why do older men have sex with women ten or more years younger than them? What do they look for in the young women? In-Depth Interviews what is said? Give a description of the dialogue that would take place Repeat for different venues and times given in q3.

Describe the kind of man that engages in this relationship? In your opinion, are these kinds of relationships common today? Have you ever engaged in such a relationship?

Do the older men think of the HIV status of the young girls? These questions ask about anemia - tiredness for no reason that wont go away, or weakness - without using its medical name. The things people are doing now - coping strategies - are our competition. In Zambia, coping strategies were drinking black tea,.

Preparatory question 2 a Tell me about times this year when you were tired. What causes tiredness? Probing for experience with anemia 3 a Have you every felt tired for a long time, or do you know anybody whos felt tired for a long time, for example, for more than two days? Beliefs about causes 4 a What do you think causes this lasting tiredness?

Coping strategies used a What do people do to about this tiredness? Local Lexicon a What are other expressions that people use to say they feel this tiredness? Notable by its absence was eating nourishing foods, much less taking vitamins. This question will elicit responses about tiredness due to hard work, long hours etc - it is just preparation for the next question.

In Zambia, ALL focus group participants had, and spoke at length about it e. Sometimes I wake up in the morning and Im so weak, I just dont want to do anything, not even wash a dish. Important to be open to other systems of thought. In Pakistan, women spoke about how a tense mind causes tiredness, and therefore it is important to have a relaxed mind, to have music and a beautiful atmosphere at home. This can help us in advertising metamessages , and also tells us, in the consumers mind, what the competitors are.

To prevent anemia, relaxing will only help so much! In-Depth Interviews 6. Prevention a What can people do to prevent feeling tired or weak?

Current health-care practices. Traditional Healers Products Expand questions as appropriate for traditional healing practices for particular country.

Probe for details. Awareness of and knowledge about anemia, using medical terminology a Have you ever heard of anemia? Symptoms a Do you have any idea of how to tell if someone has it? What are the symptoms? Causes of Anemia a Do you have any idea how people get anemia? Treatments for anemia a Can anything be done to cure anemia? Personal risk a Can children get anemia? Older people? Teenage girls? Young women? Lexicon a Have you heard of any other names for anemia?

Why do people take them? What was your experience with them, or what did you hear about their experience. Vitamin category knowledge a What have you heard that vitamins are made from? Consumption Practices a When do people take vitamins? Before asking a whole questionnaire about vitamins, it will necessary to screen out women whove never heard of them, and include only those respondents who have.

Purchase experience and practices a Where do people obtain vitamins? Package a What does a package of vitamins look like?

Organoleptic Characteristics a Do people mind the size of vitamin tablets? Fears a In your opinion, are vitamins safe? Side effects a Do you know anyone who has had a bad experience with vitamins? Reference-Point Expenditures a How many people are in a typical family?

Purchasing Practices - Self Reported a Do you know people who have taken vitamins? Suggested Retail Price Range This is an example of a vitamin we are planning to introduce for women. A price higher than xx? In-depth interview guide from Gates project in Cameroon on adolescent reproductive health French.

Projet de sant Reproductive pour les Adolescents au Cameroun Guide de discussion pour entretiens individuels. Les entretiens se feront auprs de jeunes faisant partie du groupe cible de la campagne, cest dire garons et filles de 15 19 ans et jeunes hommes de 20 24 ans.

Points aborder : 1. Les ractions quand aux instigateurs probables de la campagne et son bien-fond. Prslection : Il est conseill de mener entre 10 et 15 entretiens pour chaque groupe cible. Une prslection sera ncessaire qui se fera travers un questionnaire court : 1 Quel ge avez-vous?

Possdez-vous un poste de tlvision? Un poste de radio? Entretien : Lenquteur devra laisser libre cours la conversation et permettre la personne consulte dapprofondir ses penses le plus possible sans suggrer de rponses. Le but de lentretien nest pas seulement dobtenir des ractions sur la campagne, mais galement dclaircir les raisons de ces ractions au fil de la conversation. Il est important pour lenquteur, dans la mesure du possible, dexplorer les ractions de la personne consulte trois niveaux : motionnel, cognitif et comportemental.

Suggestions pour lenquteur : Les questions suivantes peuvent tre utilises. Dautres questions sont galement suggres en italiques afin dexplorer les rponses plus en dtail.

Elles restent la discrtion de lenquteur :. Pouvez-vous dcrire ces spots? Quelle a t votre raction spontane aprs avoir vu entendu ces spots? Quelles motions sensations avez-vous ressenti? Quelles penses vous sont venues lesprit? Y avait-il dautres personnes prsentes?

Quelles ont t leurs ractions? Avez-vous discut les annonces avec ces personnes? Quels aspects vous ont particulirement plu ou dplu dans cette campagne? Veux-tu dire que tu penses que tu peux y trouver rponse? Cest bien cela, dit Alice. Alors tu devrais dire ce que tu veux dire, reprit le Livre de Mars. Archibald Michiels Fragments sur le sens 7 Je propose : [exploitation de linformation drivable de cet nonc en vue de] la modification de la reprsentation-univers du rcepteur.

On remarquera que les mots exploitation et modification sont objets de la mme polysmie rgulire que le mot interprtation lui-mme. Prenons le premier dans le sens de processus et le second dans lacception rsultat de. Nous pouvons ds lors considrer la partie entre crochets comme le mcanisme conduisant au dgagement du sens appropri.

Notons tout de suite que le degr zro de la modification est la simple confirmation de la reprsentation-univers cette dernire est toutefois modifie par le fait mme quelle est confirme. Quest-ce que jentends par reprsentation-univers du rcepteur?

Il sagit du rseau de croyances et de savoirs qui constitue la reprsentation que se fait le rcepteur de tout ce quil apprhende des univers sa porte et de la place quil y occupe 2. Le sens est donc mental, mme si sa description ne peut se faire quen langue si on veut la rendre accessible lexamen.

Les consquences de ladoption dune telle dfinition de linterprtation sont elles aussi problmatiques. On mentionnera les plus videntes : a On ne peut distinguer dans linterprtation ce qui est pos de ce qui est infr, quil sagisse dinfrences dues aux postulats de sens il est veuf sa femme est morte ou dinfrences qui sont individuelles au rcepteur parce quil y a accs uniquement en vertu de spcifications individuelles de sa reprsentation-univers.

Lnonc Nron est mort en Pour le commun des mortels, il sagira dun fragment dhistoire de lempire romain, et 68 dsignera lanne 68 de lre chrtienne. Sans savoir et croyances pralables, pas de comprhension, pas de construction du sens. Comprendre, cest intgrer. Une premire objection pourrait se formuler comme suit : le sens est prcisment linformation drivable de lnonc et non son interprtation. Mais cette information nest pas dissociable de linterprtation, elle ne lui est ni antrieure chronologiquement ni prioritaire logiquement.

Si tel tait le cas, ce substrat informatif devrait tre le substrat de toutes les interprtations licites ; or la plupart de ces 2 Cette notion est donc quivalente celle dunivers au sens de Martin : Lunivers est lensemble des croyances dun locuteur. Archibald Michiels Fragments sur le sens 8 interprtations ne sont pas disponibles pour un individu donn pensez lne Nron. Si on donne aux deux vocables drivation et modification lacception processus, on dira que les tapes drivation de linformation et modification de la reprsentation- univers ne sont pas dissociables.

Il ny a donc pas dnonc hors contexte lors de linterprtation, lattribution de sens. Si le contexte nest pas donn, il est cr cf. Il est indispensable linterprtation en tant que modification dune reprsentation-univers. On ne trouvera donc pas dnonc dpourvu de sens. Tout nonc sera toujours passible dune interprtation, mme sil ne permet pas la cration dimages mentales cohrentes 3.

Ds quil est reconnu comme nonc comme participant dune langue connue du rcepteur il ny a plus moyen darrter le mcanisme dinterprtation. Seul un nonc dans une langue totalement inconnue du rcepteur ne recevra pas dinterprtation de sa part, bien que ds quil reconnat quil sagit dun nonc il soit prt admettre quil y a bel et bien quelque chose interprter. Ce qui manque le plus clairement notre premier essai de dfinition du sens, cest une prise en compte de son caractre partag.

Les interprtations peuvent aller dans toutes les directions, et se perdre totalement en cours de route. Une interprtation donne appartient un individu, alors que le sens quant lui est ncessairement partag, car il doit tre communiqu pour accder lexistence.

Nous reviendrons dans ces fragments sur diverses propositions de dfinition du sens, mais il est opportun de se pencher ds prsent sur la tentative de dfinition du sens de Gilles Deleuze dans Deleuze dans la mesure o elle a connu un indniable retentissement. Logique du sens est un ouvrage suggestif, mais dans la dfinition du concept mme de sens il est loin datteindre au niveau de rigueur qui permettrait de lutiliser comme base pour des recherches ultrieures.

Commenons par les dfinitions du sens que lon trouve dans le chapitre que Deleuze appelle srie consacr la proposition dans son acception logique : le sens, cest lexprim de la proposition 4 , cet incorporel la surface des choses, entit complexe irrductible, vnement pur qui insiste ou subsiste dans la proposition.

Le sens serait ds lors ralisation plutt que potentialit. Le mouvement perptuel est physiquement impossible, mais parfaitement ais concevoir.

Archibald Michiels Fragments sur le sens 9 b Le sens serait un vnement. Mais ces deux doutes sont vite dissips. On lit en effet, quelques pages plus loin : Insparablement le sens est lexprimable ou lexprim de la proposition, et lattribut de ltat de choses.

Car si ce ou gnre une disjonction lintrieur mme de la dfinition, on peut sen tonner, vu que lexprimable, subsumant lexprim, en rend la mention inutile. Contentons-nous de noter que Deleuze rinstaure ici la potentialit du sens. Quen est-il du sens comme vnement? Je ne puis parler pour les philosophes, mais je ne sache pas quun linguiste puisse faire grand-chose des intuitions de Deleuze sur le sens. Le linguiste sera dautant plus mfiant lgard de ces dfinitions qui se permettent de redfinir leurs propres constituants quand il sapercevra, dans la srie du langage, que Deleuze prend de fcheuses liberts avec les termes de base de sa discipline.

Quel linguiste pourra dceler la partie du discours vise par : Cest lui qui constitue lanneau de la proposition en ramenant la signification sur la dsignation, et le smantme sur le phonme. Le Verbe est lunivocit du langage sous la forme dun infinitif non dtermin, sans personne, sans prsent, sans diversit de voix.

Rechercher le sens du mot sens nest pas une entreprise voue ds le dpart lchec ; cela semble au contraire une activit lexicographique tout fait normale, et on serait bien surpris de trouver un dictionnaire qui renonce dfinir le mot sens au motif de linvitable circularit de lopration. Le problme se trouve ailleurs : dans lincapacit o nous sommes de distinguer le sens dune description du sens alors quau mme moment nous en ressentons la ncessit.

Archibald Michiels Fragments sur le sens 10 On dira dune dfinition dun item quelle donne le sens de cet item, ou dune acception de cet item si ce dernier est polysmique. On ne dira pas de cette dfinition quelle est le sens, car on veut distinguer le sens dun mot de ce qui nen est que la caractrisation, la description, savoir sa dfinition.

Mais on sait aussi quon napprochera ce sens que par le biais dune description de ce sens, comme on le fait pour tous les autres items. Ainsi le sens recule en se cachant toujours derrire sa description. Il ne reste quune chose faire, et cest dadopter une stratgie qui a ses lettres de noblesse en philosophie : riger notre aporie en dfinition. On part donc dune double observation : dune part que toute dfinition quon pourrait donner du sens serait insatisfaisante en ce quelle ne ferait que nous offrir une description du sens, et non le sens lui-mme ; et dautre part quon narrivera jamais cerner le sens par autre chose que des caractrisations ou descriptions, ce qui est le lot de tout lment porteur de sens dans la langue.

On dfinira donc le sens comme suit : cette chose la seule qui ne se distingue pas de sa dfinition. Quelques mots dexplication seront tout de mme les bienvenus. On distingue aisment une vache de la dfinition dune vache : animal dune part, description dun concept de lautre.

On distingue aisment lamour de toute dfinition quil nous plaira den donner : on ressent lamour, on nen ressentira pas la dfinition. Et ainsi de suite. On distinguera un axiome de la formulation de cet axiome, une proposition de la formulation de cette proposition.

On veut donc distinguer le sens dun item de la formulation de ce sens, cest--dire de la dfinition quon donne de litem. On voudra donc distinguer le sens du mot sens de la dfinition quon en donne.

Mais le sens nest atteignable que par le biais dune description du sens. Je peux toucher la vache, ressentir de lamour, nier la proposition : je ne peux que reformuler le sens, en rendre une nouvelle caractrisation, une nouvelle dfinition, occuper une nouvelle position de repli.

Cette chose : on peut opter pour un mot plus savant que chose, comme entit : a ne change rien laffaire, cest le haut degr de gnralit du terme qui nous intresse ici. La seule : il importe que ce soit la seule, si on veut maintenir le caractre dfinitoire de la dfinition.

Ds lors quil y en aurait plus dune, il conviendrait de les distinguer lune de lautre, ou les unes des autres, et on ne voit pas comment on pourrait le faire, puisquon utilise une aporie au cur mme de la dfinition.

Qui ne se distingue pas : cest--dire quon ne peut distinguer, quon ne parvient pas distinguer, qui ne se laisse pas distinguer ; cest laporie dfinitoire. De sa dfinition : de toute dfinition quon en pourrait donner, quelle quelle soit, y Archibald Michiels Fragments sur le sens 11 compris la prsente.

La prsence du mot dfinition dans la dfinition du sens est ncessaire ; il ne sagit pas de nimporte quelle caractrisation ou description, mais de la dfinition mme, dun essai de saisie des caractristiques essentielles. On se souvient du bipde sans plumes de Pascal ; cest une caractrisation qui permet peut-tre de distinguer les humains des autres tres, mais qui ne les situe pas dans lunivers conceptuel auquel ils appartiennent ; ce nest donc pas une dfinition.

Le sens pourrait se distinguer dune caractrisation non essentielle, dune simple description, prcisment car celle-ci ne vise pas le capturer, mais nest quune aide lindividuation, la reconnaissance. Par contre, ds lors que la dfinition est une vraie dfinition, qui vise lessence en positionnant le concept sa juste place dans lunivers des concepts, elle nest plus oprationnellement distincte du sens lui-mme, auquel on ne pourra accder que par le biais de la dfinition, et quon ne pourra sparer delle, mme si lon sait pertinemment bien que la chose doit se distinguer de sa dfinition, tout autant dans le cas du sens que dans le cas de la vache.

Quune telle dmarche tautologique ne soit pas tout fait insense, toutefois, je nen veux pour preuve que tel ou tel passage des PU. Citons le dans sa traduction franaise Wittgenstein, Recherches philosophiques, p. Compare : Cette phrase a un sens. Cette suite de mots est une phrase. Je crois quil convient de lire les deux noncs proposs notre rflexion sur le mode sui-rfrentiel, cest--dire comme ne renvoyant rien dautre queux-mmes.

Il est alors vident que, dans le deuxime nonc en exemple, celui qui concerne la phrase, pour dire de quelle phrase il sagit on ne peut faire que rpter la phrase. De mme, selon Wittgenstein, pour donner le sens du premier nonc, on ne peut que proposer une explication qui ne sen distingue pas.

On retrouve cette ide au p. On nest pas loin de la tautologie pure et simple. Hacker dans larticle consacr Wittgenstein dans le Companion to Analytic Philosophy, voir Hacker ne craint pas de plonger dedans jusquau cou : Meaning is what is understood when the meaning of an expression is understood.

Il parat tentant de rserver cette approche tautologique au seul sens, et de poser cette aporie au cur mme de notre caractrisation du sens. Les enseignements d'une pense de Pascal : la Brunschvicg 45 Cette pense a t l'objet de commentaires pour le moins bizarres, commencer par celui de Gouhier.

Il crit ceci, mlant son commentaire au texte de Pascal: Les langues sont des chiffres crit Pascal, qui prcise: o non les lettres sont changes en lettres, mais les mots en mots ; autrement dit: comprendre, c'est traduire un mot par un autre, mais ces mots diffrents sont faits des lettres du mme alphabet, de sorte Archibald Michiels Fragments sur le sens 12 que, conclut Pascal, une langue inconnue est dchiffrable.

Gouhier , p. C'est l mconnatre totalement la proprit fondamentale des langues que Martinet a dsigne par le terme 'double articulation'. La premire articulation, celle des phonmes ou ici de leur reprsentation graphique les lettres, n'est pas assortie d'un quelconque smantisme. On peut trs bien possder la cl d'un systme de translittration, et ainsi tre mme, disons, de passer d'un texte grec en caractres grecs un texte grec en caractres romains, on n'est pas avanc en ce qui concerne la comprhension du texte grec: il faut toujours savoir le grec pour pouvoir l'entendre.

Et le fait que l'anglais et le nerlandais partagent grosso modo le mme alphabet n'aide en rien la traduction entre en ces deux langues. D'autre part, il doit clair tre que traduire, c'est traduire, et non comprendre; et encore que Pascal ne dit nullement qu'on traduit un mot par un autre, ce qui, on le sait, conduit des traductions de type 'petit ngre' ou, pire, Wortsalat. Reprenons partir du texte de Pascal.

Et que le cryptage l'opration qui conduit la cration du chiffre ne se fait pas ncessairement caractre pour caractre ou mot pour mot, ce qui conduirait des chiffres dont le code serait particulirement facile craquer.

En effet, je peux, pour ce qui concerne les caractres, prvoir un traitement tel que le suivant: c suivi d'un blanc et d'un h se chiffre en 22 l'arc habite la flche silencieuse c immdiatement suivi d'un h se chiffre en z l'arc habite la flche silencieuse c non suivi de h ou d'un blanc se chiffre en l'arc habite la flche silencieuse On aura bien sr soin de coder les squences les plus longues en premier lieu.

Pour ce qui concerne les mots, je peux trs bien envisager de coder ainsi des units lexicales plus grandes que le mot: flche se chiffre en arrow fait flche de tout bois se chiffre en makes use of all available means firent flche de tout bois se chiffre en made use of all available means etc.

Bien sr, le traducteur sait qu'on ne peut pas esprer dvelopper un systme de traduction de cette manire: le traducteur doit pouvoir s'offrir la possibilit d'un vrai rephrasing, une vraie reformulation, qui peut franchir toutes les frontires syntaxiques que l'on veut, y compris celle de la phrase. Si toutes les langues sont des chiffres, que chiffrent-elles? Une seule rponse possible, je crois: le sens. Pascal a bien compris qu'il ne peut y avoir de langue du sens; ds que le sens se fait langue, il se chiffre; mais les langues sont dchiffrables, car elles chiffrent toutes la mme chose, savoir le sens, qui pour Pascal est universel, car la pense mme l'est c'est ce qui sous-tend tout l'effort port-royaliste Archibald Michiels Fragments sur le sens 13 d'laboration d'une grammaire gnrale et d'une logique prsume universelle.

Pour dchiffrer une langue, il me suffit!! Pour pouvoir rcuprer l'invariant de sens, il faut videmment que la traduction d'un nonc x en langue L en un nonc x' en langue L' soit telle qu'on puisse lire la paire comme la traduction de l'nonc x' en x. Il faut donc que la traduction soit fidle totale. On est immdiatement confront l'impossibilit de traduire d'un coup tout le vouloir-dire d'un nonc quelconque.

On est donc amen se contenter de paires o les deux noncs sont quivalents sous une certaine interprtation de x ou de x', ou des deux. Cet invariant, on dsirera le dcrire, en faire connatre la structure sa construction sera le plus souvent de nature compositionnelle. On ne pourra expliciter tout cela qu'en disant que par l on ambitionnait de rendre compte du potentiel smantique de snow is white ou de la neige est blanche avec lecture gnrique de l'article dfini et lecture 'proprit intrinsque' de ' be WHITE'.

Notez que l'affirmation de Pascal qu'une langue inconnue l'article indfini est ici gnrique galement et l'expression une langue inconnue vaut pour toute langue inconnue est dchiffrable, n'a rien d'extravagant: pour autant qu'on dispose de donnes suffisantes l'quivalent dans cette langue de quelques millions de mots dans une de nos langues occidentales on ne voit pas bien comment le code pourrait nous rsister.

Souvenons-nous toutefois de Wittgenstein: si un lion parlait, nous ne pourrions le comprendre. Il faut que la langue en question soit une langue humaine: c'est la seule condition que nous posons sa dchiffrabilit.

Le sens n'est donc pas une langue, mais la cl des langues, qui nous assure qu'aucune langue humaine ne pourra nous rsister, rester indchiffrable jamais. En retournant la perspective, on arrive la conclusion que la meilleure faon d'tudier le sens est d'tudier ce que les langues ont en commun, ce qui les rend traduisibles l'une dans l'autre. Non-sens et contresens, agrammaticalit et asmanticit Que veut dire Cela na pas de sens? Veut-on dire par l que lnonc incrimin ne peut recevoir aucune interprtation?

Comment le pourrait-on, vu que personne na accs tous les univers-reprsentations, passs, prsents et venir? En fait, on Archibald Michiels Fragments sur le sens 14 veut dire quil nexiste, aux yeux de celui qui prononce lanathme, aucune interprtation qui puisse sintgrer un univers-reprsentation rationnel.

Et cette rationalit est rendue indispensable par le caractre ncessairement partag du sens. Il faut pouvoir reconstruire le sens en se basant sur des procdures reconnues et partages. Un nonc que lon dclare dpourvu de sens est un nonc qui ne trouve pas sa place dans une combinatoire 5. Il peut sagir de trois types de combinatoire : a syntaxique : on ne peut construire larbre qui reprsenterait la structure syntaxique de lnonc, lagencement de ses divers constituants exemple : Jean mais plume or tant b smantique : viol des rgles de slection, rgles qui assurent la compatibilit smantique des lments saisis dans une relation exemple : un non-mtal de lorgueil en tel lapin tiss sera fors lamertume c conceptuelle : on ne parvient pas construire une image mentale correspondant la structure syntaxique et smantique que les deux combinatoires prcdentes ont permis de crer.

On peut donner des exemples, comme celui de Frege de la srie qui converge le plus lentement ou celui du plus grand nombre premier, dont le rejet d labsence de conceptualisation totale ncessite un certain temps, prcisment car un effort de construction de la cohrence doit tre entrepris avant de pouvoir passer la phase de rejet. Il est clair que ces combinatoires sont apprises et donc partages apprendre une langue, apprendre une premire langue, cest prcisment apprendre ces combinatoires.

Peut-on envisager de tracer formellement une ligne de dmarcation entre les ples, das Unsinnige non-sens dune part et das Widersinnige contresens dautre part? Prandi estime que la distribution peut servir ce but, dans la mesure o elle permet de dfinir des classes formelles dquivalence, qui relvent exclusivement de la grammaire, alors que les contresens et contradictions y chappent. Prandi affirme en effet que les contradictions, et les restrictions de slection qui les prviennent, ne sauraient tre formules en termes de classes formelles distributionnelles expression nominale, expression verbale, etc.

Le problme rside dans ce quil faut entendre ici par classes formelles. Une classe distributionnelle est une classe qui dpend des faits de distribution ; elle nest formelle que si les schmes distributionnels ont t orients de manire laborer de telles classes. Il est tout fait possible dutiliser la distribution pour reconnatre des classes qui seront susceptibles de recevoir une caractrisation smantique, et de jouer un rle dans le dbusquage de contradictions telles que le Tu lui verses lespoir baudelairien discut par Prandi.

Le linguiste observe un corpus, et y relve des rgularits distributionnelles. La haute frquence de certains lments et chanes lui permet de dgager des schmes qui vont lui servir mettre de lordre dans ses observations ; il pourrait par exemple, pour le franais, distinguer les schmes suivants : W est X Y sont Z En dpit de la prsence dans son corpus dnoncs tels que Grand est le Seigneur, en poursuivant la distribution des classes W, X, Y et Z dans dautres schmes, il parviendra dgager des classes tels que GN sujet singulier, GN sujet pluriel, GAdj attribut singulier, GAdj attribut pluriel, pour nous en tenir des exemples de classes grammaticales.

En continuant les analyses distributionnelles, et en nayant pas peur, pour augmenter lefficacit de la procdure quitte en altrer un peu la nature , de recourir des noncs construits sur base des schmes distributionnels et des donnes observes, et soumis des informants de manire en valuer lacceptabilit et en distinguer les diverses interprtations possibles, il arrivera distinguer des classes dont les membres seront nettement moins nombreux, par exemple les groupes adjectivaux construits autour dune tte comme semblable ou identique, et susceptibles dinstancier la variable V s dans les schmes : X est V Y ex : Le premier cahier est semblable au manuscrit de Leipzig X et Y sont Vs ex : Le premier cahier et le manuscrit de Leipzig sont semblables.

Lexistence dnoncs tels que Socrate est identique dans le corpus couple au rejet par les informants de tels noncs ne remettra pas en cause les rsultats de lanalyse distributionnelle, mais conduira la raffiner en posant des lments sous- entendus, rcuprables en contexte, comme par exemple ici un syntagme prpositionnel ouvert par la prposition.

On voit que les procds de lanalyse distributionnelle peuvent conduire ltablissement de classes de plus en plus fines. Ce quon ne peut nullement prtendre, cest que cette analyse mette au jour des classes qui partagent une proprit qui leur est propre. Appeler de telles classes classes formelles ne dit rien quon nait dj dit en les appelant classes distributionnelles. La distribution permet ltablissement de classes, mais ne rvle rien quant leur nature.

Cette nature pourra se dduire des schmes utiliss, des jugements dacceptabilit et de paraphrase relatifs des noncs qui illustrent ces schmes, que ces noncs soient prsents dans le corpus ou drivables partir prcisment de lanalyse distributionnelle projete sur le corpus. Les non-sens qui prsentent un danger rel pour le maintien de la langue lintrieur des limites de la rationalit ne sont ni le carr rond et ses avatars, pas plus que les mtaphores, si hardies soient-elles, mais rsultent bien plutt dune mconnaissance de ce que la langue prdtermine.

Archibald Michiels Fragments sur le sens 16 Considrez la question qui est pose dans Varela et discute dans Kleiber p. Je crois quil ne fait aucun doute que Varela la prsente comme une question la fois rhtorique et impertinente, laquelle nous navons pas fournir de rponse. La voici en effet dans son contexte : Qui voit la vraie couleur? Nous, les pigeons qui voient en pentachromatique, ou les abeilles qui voient dans lultraviolet? Quelle est la couleur du monde? Kleiber cite Varela et poursuit p.

Nous navons pas accs au monde tel quil est. Nous ne pouvons pas savoir quel est le monde objectif ou quelle est vraiment la ralit. Ces commentaires sont, eux, absurdes. Il ny a pas de perception sans percepteur et il ny a pas de savoir sans scient, sans dtenteur de ce savoir. Il ny a pas de perception dtache de tout percepteur, qui serait la vraie perception.

Il ny a pas de savoir dtach de tout scient, qui serait apprhension de la vraie ralit, la ralit objective. Le pige est ici tendu par la nominalisation. CTM: Votre musique est un mlange harmonieux de diffrents genres. Comment dfinissezvous votre style musical? K: Bien, je ne le dfinis pas et ce nest pas de la mauvaise foi parce que jai grandi en coutant Salif Keita, Miriam Makeba, Eboa Lotin par exemple. Jai certainement un style et un timbre musical reconnaissables aujourdhui mais en ce qui concerne mes influences musicales, elles sont multiples et incluent des ides politiques comme celles dun Sankara ou dun Cheikh Anta Diop qui mont vraiment marque.

Je pense que cest se limiter de vouloir dfinir un genre musical. Dans mon premier album, vous avez un peu de Mangabeu et du Bolobo, comment puis-je dfinir un tel style? Tout ceci limite lart et je prfre la libert. Cest pareil avec les personnes qui mont influence o on ne retrouve pas que des artistes. Les membres de ma famille ont t mes premiers fans et conseillers mais un nom que je ne tairai jamais, cest celui de. K a ss a Miriam Makeba en tant que femme dabord avec son histoire personnelle, ses combats, son courage, ses tragdies.

Je lui ai trouv une force et un courage sans pareils avec son engagement total contre une systme odieux et violent, une poque o beaucoup savaient choisi de se taire ou pire, de collaborer, de soutenir la politique en vogue de lpoque.

On ma demand quelques fois pourquoi je chantais contre les mutilations gnitales fminines sous prtexte que ctait une folie non-commercialisable, que cela ne passerait pas sur les antennes.

Mais comment passer sous silence, les blessures. Conversation blme des mutilations gnitales des jeunes filles et des femmes WHOA! Protect Girls From Genital Mutilation. Je ne pense pas que tous les aspects des traditions soient positifs; ltre humain peut utiliser ces dernires pour justifier ou commettre des atrocits.

Depuis , je suis membre du Advisory Council de Action Against Hunger Action contre la Faim qui est une organisation honnte qui se bat contre la famine dans le monde depuis prs de cinquante ans. Voil par exemple des gens qui me motivent ou minfluencent. Faire le show, mettre de lambiance cest beau mais jaime aussi parler de sujets qui me tiennent coeur.

CTM: Justement nous avons remarqu votre association certaines causes qui font de Kassa une artiste engage. Parlez-nous en un petit peu. K: Je fais partie dune association qui sensibilise le monde sur le pro-. En chiffres, cela fait prs de deux milliards de tonnes de produits consommables non avaris. Regardez les statistiques, ceci est aberrant quand on voit le nombre de personnes jeunes ou ges qui chaque jour, meurent de faim dans lindiffrence totale.

Si chacun mettait un peu du sien, cest un problme qui serait facilement rsolu. Sur un autre plan, ma chanson Ghetto in the Sahara parle dun problme contemporain qui touche certaines parties du monde mais. K a ss a aussi nos rgions: cest le problme de limmigration. Certains diront que je peux me permettre de parler parce que jignorerai leurs ralits quotidiennes, mais jen parle.

Nos anctres furent dports de force sur des bateaux vers le Nouveau Monde; aujourdhui, ce sont leurs petits-enfants, nos enfants qui sont rejets de ces mmes bateaux. Je pense quil faut parler des effets nfastes de ces problmes qui se rduisent lconomie sociale et mentale. CTM: Kassa, il y a quelques mois, vous tes retourne dans votre pays, le Cameroun, aprs plus de 30 annes passes lextrieur. Y avait-il une raison cet exil?

Comment sest pass laccueil votre retour au Mboa natal? K: Dabord, permettez-moi de recadrer une information. Jai quitt le Cameroun en et jy suis revenue entretemps pour dautres sujets. Il ny a pas vraiment dexil et je suis citoyenne camerounaise avec passeport lappui.

Il y a toujours une mauvaise interprtation de linformation et ce que je voudrai clarifier ici, cest que je me suis produite sur les scnes du monde mais je navais jamais eu le plaisir ou la chance de jouer dans mon propre pays, devant mes concitoyens. Ironie du sort rpare, lopportunit sest enfin offerte et je lai saisie. Laccueil a t fantastique je lavoue. Jai eu le plaisir aprs de travailler avec des musiciens locaux et malgr mon inquitude initiale, tout sest excellemment bien droul.

Il y a une grande diffrence entre jouer avec des musiciens qui apprennent le rythme pendant deux mois et ceux qui y baignent naturellement et sy retrouve juste aprs cinq jours de rptition. Pour une premire au pays, je tenais absolument ce que cela soit trs bien fait et le rsultat ma immensment fait plaisir. Le Cameroun regorge de musiciens talentueux cela est reconnu, je nai pas eu besoin dexpliquer les paroles, le timing, tout allait de soi.

Ctait trs mouvant dtre reconnue chez soi. Cest un sentiment spcial de chanter chez soi pour les amis denfance, certains que je navais pas revus depuis des dcennies, changer avec le public, donner un peu de bonheur, entendre le public fredonner ou reprendre votre musique.

Ctait la communion parfaite surtout au concert Douala o la chanson. Makala Ma Bassi a provoqu lhystrie totale chez le public et on navait pas besoin dtre Duala pour comprendre le sujet de la chanson. CTM: Avez-vous apprhend cette 1re rencontre au moment dentrer sur la scne pour la toute CTM: Vos prestations termines, avez-vous eu limpression davoir laiss votre empreinte?

K: Humblement, de part les ractions de la presse, du public, les confidences, oui tout sest bien pass et je lai ressenti moi aussi. Je crois que le public me la montr et malgr. K a ss a ragement, des photos et vidos desdits concerts. Ctait pour moi aussi une manire davoir une pense pour ceux qui sont partis avant ce premier concert en terre natale; mes parents, mon frre ain, ma soeur auxquels jai ddi certaines chansons pendant le concert et jai pu constater que cer-.

Conversation relation avec ESA et son importance dans votre carrire. K: Lamiti la famille Dayas frre et soeur a t trs importante dans ma vie artistique. Cest une famille artistiquement trs doue, Stphane pour moi est lun des meilleurs chanteurs au monde et sa soeur Medi Dayas, dune femme dune beaut rare, qui a une voix absolument fantastique. Stphane Dayas ma appele de Paris et ma propos de jouer ce rle, dtre lobjet de son affection dans Muto Yay ou la petite frimeuse.

Peut-tre chanterons nous encore ensemble bientt!!! CTM: Ce serait un vrai dlice de pouvoir superposer si le projet se ralisait, de surperposer les deux clips vidos Muto Yay de vos dbuts et un clip prsent, trente annes aprs. K: Rires , Jusquaujourdhui, cette vido continue moffrir des propositions de mariage assez rocambolesques manant dhommes de tous ges.

Par contre je nai jamais vu cette vido et jaimerais vraiment la voir. Ceci est donc un message mes fans, au public, jaimerais voir et mme avoir cette vido. Enfin jai vraiment bon espoir que je chanterai de nouveau avec Stphane Dayas, cest un grand rve qui serait un must dans ma carrire musicale.

CTM: Aujourdhui revenue New York, parlez-nous de vos projets immdiats et futurs K: Je me suis mise au piano et la guitare mais je nai aucune formation dinstrumentiste. Depuis mon retour, jai crit beaucoup de textes et puis javais des concerts programms dans des coles, mais aussi au Metropolitan, un concert Harlem, NY, un concert au Queens Library puis au Muse de Brooklyn.

En principe, je devrai rentrer au Cameroun en Mars mais je ne pense pas que cela se fasse, puis en Russie et au Brsil en Juillet. Et je pense dj au nouvel album. Voil ce qui moccupe en ce moment.. CTM: Merci Kassa, merci de votre disponibilit, cest toujours un plaisir de vous rencontrer.

K: Je vous en prie, cest moi de vous remercier. Kassa on the web Find Kassa online and on social networks by following the urls below www.

K: Jtais un tout petit peu anxieuse avant le concert. Ctait un jour anniversaire, celui de la disparition de mon pre. Je lavais sur le coeur et tout cela provoquait une flope de sensations trs fortes. Les interviews qui ont suivi les spectacles exprimaient pour la plupart lengouement public que jai peru.

Vous avez pu constater que ma page Facebook a t inonde de messages dencou-. Parlez-vous de cette. Puis il servira comme ministre de linformation et de la culture avant dtre nomm ministre dlgu la Prsidence charg des Relations avec les Assembles.

NJI MBOMBO comme les Bamoun lappellent est donc the right man at the right place A cette riche carrire politique et administrative, on lui connat de la finesse, lardeur au travail et la volont conduire son peuple vers des lendemains meilleurs. Cet anniversaire a offert lopportunit aux invits spciaux, aux lites et forces vives, de se remobiliser pour aider le Sultan maintenir allume la flamme de la culture Bamoun.

Comme le sultan lui-mme la dit : il ny a pas de vent favorable pour qui ne sait pas o il va. Damien Noma. Lge de la majorit. Les Bamoun se souviennent encore de son intronisation comme si ctait hier. Et pourtant, la roue a tourn et bien tourn et lon peut en dire quelque chose. Vous vous souvenez des conditions quelque peu difficiles de ces annes La naissance douloureuse de la dmocratie dans notre pays a dclar lancien ministre des sports et de lducation physique.

Au moment o les Ncharens clbrent leur culture, il est opportun de rendre hommage lactuel Sultan. Sa longue carrire dans ladministration centrale camerounaise et sa proximit avec le cercle traditionnel en sont pour beaucoup dans les valeurs que ses sujets lui reconnaissent. De , le jeune prince qui ne payait pourtant pas de mine connatra une carrire professionnelle exceptionnelle.

On October 09 of the year , A new King was crowned by a legendary and historical group of people. This was an extraordinary event. Thus, internal crises in the royal family were unlivable. The legitimacy of the new monarch had certainly taken a big hit. While the Sultan is celebrated during moment like this one, his authority is occasionally contested by opposing groups. After 20 years of reign, the Bamoun still remember his enthronement as if it were yesterday.

He appropriately reminded the audience of the circumstances that surrounded his accession to the throne. Do you remember the somewhat difficult conditions of The painful birth of democracy in our country, the former minister said. As the Bamoun people celebrate their history and culture, it is appropriate to pay tribute to the man that revived Cameroons most popular cultural and traditional festival of our time: The Nguon.

This anniversary was the perfect opportunity for all the sons and daughters Bamoun and their friends to regroup in order to help the Sultan lead the cultural and economic development of the Bamoun land to new heights. As the Sultan himself said: There is no favorable wind for he who do not know where he is going. Un nouveau monarque arrivait la tte de cette lgendaire entit socioculturelle au peuple dynamique. Assurment, ctait un vnement.

Mais au-del, lavnement du Sultan Ibrahim Mbombo Njoya, qui jusqu ce jour-l tait ministre dlgu la Prsidence charg des Relations avec les Assembles, signifiait que le ptulant prince accrocherait ainsi dfinitivement le costume et la cravate des salons feutrs pour le ruban et les gandouras quimpose son nouveau milieu de vie.

En effet,. Ainsi, des crises internes la famille royale taient invivables, les sauts dhumeurs et les rumeurs abondaient dans la communaut. La lgitimit du nouveau monarque prendra certainement un grand coup. Les forces de construction, qui auraient servi au dveloppement du royaume, sen trouveront affaiblies. Dans ce contexte, un autre fait dordre sociopolitique favorisera la dcrpitude : le multipartisme.

Le vent de la dmocratie qui effleura dabord le turban du feu sultan Njimoluh Njoya Seidou, avait sembl emporter son succsseur, le Sultan Ibrahim Mbombo Njoya. Mais il nen tait rien. Tenace et audacieux certes, ce vent, ne pouvait branler un solide personnage tel que Mbombo Njoya dont la vision avait t incomprise.

Vingt ans plus tard, aprs ces tumultes et secousses, le peuple Bamoun a dmontr travers cette clbration grandiose du Nguon quil a compris son Roi. Des actions salutaires, au bnfice du peuple tout entier, de la jeunesse et dans des domaines divers et varis. Le sultan, 20 ans aprs, dans une sollicitude constante pour son peuple, a multipli des chantiers et des fronts pour le bonheur des siens.

Ainsi, cette clbration est juste et mrite. A gauche: le Roi assiste la crmonie douverture du Nguon. Ci-dessous: le Sultan pose la premire pierre du Muse des Rois. The King of Bamoun is re-enthroned after his jugement during the Nguon festivities in Foumban.

Je rentre je suis fatigu. La socioculture Bamoun a manifestement donn rflchir aux visiteurs trangers arrivs Foumban et aussi aux camerounais des autres rgions. Pour lessentiel, lascension du Mont Mbapit, la grande marche des FonaNguon, lentre solennelle du peuple Bamoun et le jugement du sultan.

Selon J. Ngazie, patriarche Bamoun, une femme ne traverse pas la file des Fona-Nguon loccasion. Ngounga dcide de rebrousser chemin. Nous sommes le samedi 08 dcembre Jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, blancs et noirs se comptent par milliers pour dcouvrir lambiance et les attractions du nouveau site de la foire exposition qui stend sur 25 hectares. Petits commerces, vhicules et motos en surabondance, et ces peuples venus dhorizons divers ont constitu le visage de la ville culturelle pendant une semaine.

La mme ferveur populaire est aussi visible lors de la dernire marche triomphale qui mne le peuple Bamoun dans la vaste cour dapparat qui jouxte le majestueux Palais des Bamoun.

Cest normal que les enfants viennent ici parce quils doivent prendre le relais nous laisse entendre un parent. Les festivits de ldition du Nguon se sont droules du 02 au 09 dcembre de lanne Foumban. Grands instants de brassage des peuples, le visiteur a vibr entre les articulations folkloriques, traditionnelles et touristiques. Les grands lieux. Comme si vous-y tiez! Par Damien Noma Des srnades de griots pour entretenir les dignitaires installs la cour du Palais Royal pendant le Nguon.

Visitez www. Une ferveur popul aire i n c r oya b l e Ceux qui ont fait le dplacement de Foumban du 2 au 9 Dcembre ne loublieront pas de si tt. Lenvergure de lvnement tait vous couper le souffle. Il fallait-y tre pour pouvoir en juger, car la description du festival ne lui ferait tout simplement pas justice.

Nous vous invitons donc faire le voyage de Foumban en Dcembre Vous ne serez pas du. Those who traveled to Foumban in December for the Nguon Festival will remember it for a long time. The enthusiasm,. Au risque de voir sa fertilit et autres chances conjugales disparatre.

Ldition du Nguon retiendra en prime cette pose de la premire pierre du Muse des Rois Bamoun par le prfet du dpartement du Noun. Peuple de guerrier, cest sous des auspices meilleurs que recommence la vie des Bamoun aprs limmolation de ce blier par les Fona-Nguon, qui matrialise le pacte de confiance avec le Roi Bamoun.

Vivement la prochaine dition du Nguon. There is no amount of word that could accurately describes this festival, even though we will try. We strongly recommend that you plan ahead in order to attend the December edition. You will not be disappointed. Maquette du future muse des Rois, dont la premire pierre a t paus pendant le festival.

Rendering of the Museum of the Kings. The construction of this landmark was launched during the festival.. Immolation du blier par les Fona Nguon Visitez www. Les propos sont dAbdel, jeune lve de 12 ans venu vivre pour la premire fois le retour triomphal du sultan la cour dapparat.

Ces paroles, bien que venant dun adolescent, restituent bien la ralit du festival des peuples Bamoun. Car, au-del des moments de dtente qui sont notamment concentrs dans le site de la foire exposition de Foumban, il y a bien des articulations traditionnelles qui ressassent le pass glorieux de ce peuple.

De la diaspora au petit agriculteur en passant par les lites, forces vives, tudiants et autres dbrouillards, tous ou presque ont t aperus sur le site et autour du palais royal. Les Ministres jugent le Roi Le dialogue entre les patriarches appels Fona-Nguon et le sultan constitue le nud de toutes les articulations. Plus quun rituel, les reprsentants du peuple Bamoun sont ainsi, pendant une crmonie de jugement, mme de dmettre le Roi ou de le soumettre une preuve.

Ce crmonial qui est laboutissement dun processus mysthico-culturel a souvent produit des rsultats inattendus. Le Nguon est dabord un vnement culturel et traditionnel comme vous le constatez.

Le Festival a pris une tendance conomique certes mais cest une foire qui permet des prestations culturelles. Il y a eu au dpart des changes des cultures vivrires et maraichres dans le cadre du Nguon et cela a quelque peu chang. Nous avons assist lentre solennelle des Fona-Nguon cest-dire les dputs du royaume au palais et les lampions se sont teint.

Evidemment, cette tape ntait pas ouverte au public. Ces Fona-Nguon passent la nuit au Palais et au matin, ils prsentent les ftiches rcolts pendant leur tourne au roi.

Cela permet au Roi de consolider son pouvoir. Parlant du thme des crmonies de cette anne qui tait ax sur le mensonge, le chef traditionnel a aussi pour rle de contribuer au dveloppement des localits. Sil existe des facteurs pouvant nuire ce dveloppement, il est important den trouver des solutions. Cest le cas de ce flau quest le mensonge thme du festival de Chaque Bamoun doit donc satteler donner la bonne information.

On est optimiste et le roi compte sur tous les Bamoun. Attracted by the rich soil of the highlands known as the Department of Noun, Nchare crossed the river with seven companions, namely: his half-brother, Nji Kumnjuo; a warrior and brother in law named Njianga; his nephew, Nchare Njiamfa; another warrior named Njianga, his friends Njimanka, Nji Monanka, and Nji Monshare. They went to Njimom Nchares village, where Njimon was King.

The son of Princess Yen cleverly overthrew the king of this village and settled in as a leader. Amongst the Nguon hoaxers, Nchare Yen and his seven companions sat in the shadow of a Shea tree in the village of Njimom reflecting on their quest for power. While sitting on seven stones under this tree they gave birth to the concept of the Kingdom of Bamoun.

A harvest festival and intelligence agency Over time, Nchare Yen befriended Mfo Mokup, the Chief of the neighboring village known as Mokup. Mfo Mokup By G. These people were just thrilled at the display of art, culture and tradition which happens every two years in Foumban. The underlying reasons for this pride can be found if one went back in time, and narrated the origins of this people and their culture.

It all began in In the year , a young Tikar prince named Nchare and two of his uncles, Morunta and Nguonso, left his Rifum country in the Mbam Valley. The three princes of Mbankim went in search of a kingdom of their own. When they reached the bank of Mape River, each decided to pursue his own path. Morunta and Nguonso went on to found the kingdoms of Nditam and Banso respectively.

Every year during the harvest period, the owners of Nguon roamed the village to ensure that villagers brought their harvest to the chiefs palace. Mfo Mokup redistributed products of the harvest to his subjects, ensuring that everyone had a bit of everything produced in the chiefdom. If there was a surplus, the surplus of the harvest was stored in an attic to be consumed during the dry season or during bad harvests.

This gathering of villagers ended with a three days festive celebration during which everyone drank, ate and danced to their satisfaction. This harvest festival was known as the Nguon Festival. Nchare adopted this governing method, and over time, the Nguon gradually became a secret society, thus playing a more crucial role in the survival of the Bamoun kingdom.

During this time, the Nguon owners e. Left: the Sultan welcomes warriors returning with captives. Below: dignitaries attend festivities at the Royal Palace courtyard; the Bamoun people return to the Royal Palace after the triumphal parade just ensuring food supply to the palace to traveling throughout the region in order to gather information about the grievances of people and detect abuses committed in the name of the King.

They had a responsibility to inform and advise the King and his ministers now known as high ranked advisers or Nkom. The Nguon had become more of a secret police and intelligence service for the palace. During the harvest season, when villagers brought their products to the palace for redistribution, the owners of Nguon talked with counselors. The people, on their part, looked forward to the three days Nguon celebration.

Logically, the colonial administration did not appreciate this way of governing, which gave so much power to the traditional ruler. RE: What does Quest que cest? How do you think about the answers? You can sign in to vote the answer. Ali O. Qu'est-que c'est means "what is it" Qu'est-que ce is the beginning of a question. Thank you elementary french! Nous formulons donc lhypothse que le conflit li la copie doit tre lu comme un conflit de lgitimit, gnr par laffrontement entre lhorizon normatif dun espace social rgi par les conventions de la recherche et le rgime de vrit de lespace conomique dans lequel llnternet est intgr aprs la privatisation de linfrastructure publique de Cette partie de lanalyse se conclut par la prsentation des principaux projets de lois sur les tlcommunications actuellement ltude aux Etats-Unis, dans lesquels on note la tendance supprimer les conditions de reproduction de ces formes de relation sociale, portant la rgulation des comportements illgaux sur le terrain de la reconception dInternet au lieu de la sanction ex-post.

Le chapitre suivant est consacr lhistoire des dbats juridiques et technologiques amricains dont ltude permet de reconstruire les termes de lopposition fondamentale dans laquelle se droule la rflexion sur la rgulation dInternet.

Il y est en particulier retrac le dveloppement dune vision politique des technologies, particulirement rceptive la contribution apporte par les sciences sociales ltude des systmes techniques, comme celle de la cyberlaw, et du parcours inverse des dbats technologiques qui, aux environs des annes 80, ont produit une conception instrumentale et neutre des dispositifs techniques.

Comme on lobserve dans le troisime chapitre qui introduit la section consacre lvolution rcente du dbat juridique amricain, la distance diamtrale opposant ces positions est fortement redimensionne par le jeune professeur dHarvard Jonathan Zittrain, qui greffe au corpus critique de la cyberlaw les instances de scurit manant des dbats des ingnieurs, se. Comme on essaye de le dmontrer, son intervention, contenue dans un article de et dans un livre publi deux ans plus tard9, reprsente llaboration la plus mature dune nouvelle conception de la gouvernance dInternet visant protger la capacit dinnovation des architectures numriques, en la sparant chirurgicalement de son ct social, le dark side du Rseau.

Dans la partie finale de ce chapitre, lanalyse de la bataille zittrainienne pour la rforme dInternet et de la cyberlaw se fonde avec lexamen des formations discursives gnres par la coordination, sur le terrain de la scurit numrique, de sujets institutionnels, quasi-institutionnels et non institutionnels, dont les dynamiques de lieux neutres illustrent la formation horizontale des politiques de contrle et la pntration dans le sens commun numrique de la philosophie de la Net security.

La partie consacre la fondation juridique de la nouvelle gouvernance dInternet est complte par le quatrime chapitre, se concentrant sur les implications politiques et juridiques de la convergence, dans la loi informatique, entre des philosophies de contrle de linformation, le dpassement de la lgitimit formelle du copyright et des mesures de valorisation de lenvironnement numrique. Il y est en particulier observ comment, aprs , la crise de lordre libral lintersection avec la gouvernance numrique dpasse les frontires du dbat sur Internet, entrant dans la rflexion de juristes comme Gunther Teubner et Giovanni Sartori, qui montrent comment le tournant technologique du copyright introduit un tat de sige du droit risquant de concider avec les logiques du pouvoir conomique et le contrle autoritaire des flux dinformation.

La circulation illgale des copies savre ainsi non seulement le conflit principal concernant lordre lgitime du cyberespace, mais aussi lune des formes de rsistances des rseaux face la suspension du droit dans les socits de contrle deleuziennes. New Haven: Yale University Press, Ce point darrive de lanalyse nous porte observer comment, paralllement au renforcement du copyright et la prolifration des mesures en contraste avec les principes dorganisation dInternet net neutrality , se dveloppe aussi la capacit des phnomnes les plus controverss, parmi lesquels le file sharing, de se soustraire la surveillance et de crer des contremesures gnratives contre le contrle informatique.

On voit ainsi apparatre un scnario dans lequel, comme la prconis Lyotard, limpossibilit postmoderne de fonder la justice sur un discours vrai et sur les narrations mancipatrices trouve dans des formes mineurs de conflits et dans la divergence structurelle des rseaux la possibilit dune lgitimation par paralogie et la ligne de fuite de la fermeture totalisante de la socit administre.

Dans le cinquime chapitre, qui ouvre la dernire partie consacre linterprtation du file sharing, nous examinons donc lhistoire technologique et judiciaire des systmes de partage, partant dune tude peu remarque dans laquelle un groupe de chercheurs de Microsoft a mis en vidence la drivation troite du peer-to-peer10 des rseaux physiques damis sneakernet , auxquels la diffusion de la programmation a offert une technologie capable de distribuer des biens numriques bas cot Dans cette intervention, qui met en vidence la nature de protocole social, avant mme que technique, des rseaux illgaux darknets , les ingnieurs soutiennent que les pratiques de file sharing ne peuvent pas tre supprimes par le contrle informatique et par la rpression judiciaire, qui peuvent seulement pousser les rseaux de partage renforcer leurs tactiques de masquage ou renoncer linterconnexion pour survivre comme des les cryptes au sein des rseaux lectroniques sans perdre leur efficacit distributive.

La possibilit de contrler tous les aspects de la structure technique du file sharing se brise en fait sur la robustesse des rseaux sociaux et sur leur capacit de rpondre aux agressions en rarticulant leur morphologie et en se reproduisant partir de quelques nuds.

Sept ans aprs la confrence technique dans le cadre de laquelle a t prsente cette hypothse, les plateformes de partage montrent en effet avoir. Alors que le terme file sharing fait rfrence aux pratiques de partage en ligne, le terme peer-topeer indique surtout la structure organisationnelle de ces plateformes.

Compte tenu du fait que le file sharing est bas sur des rseaux permettant des interactions entre pairs, ces deux concepts sont souvent utiliss comme synonymes. The Darknet and the Future of Content Distribution [en ligne].

November Il semble donc que la construction dun plan thorique dpassant les dterminismes technologiques et le point de vue rgulateur encore dominants, et capable dexpliquer de manire convainquant la vitalit et la popularit de cette pratique, ne peut plus tre ajourne. Parmi les tentatives allant dans cette direction, nous signalons deux interprtations, lune, conomique, reconnaissant dans les systmes de partage les traits dune technologie de rupture disruptive technology capable de rvolutionner les modles daffaires des entreprises et de simposer dans le future comme un standard de lconomie numrique, lautre, socio-anthropologique, voyant par contre dans le peer-to-peer la persistance dune conomie du don numrique hi-tech gift economy troitement lie aux origines non commerciales du Rseau, dont les pratiques gnratives et collaboratives savrent plus efficaces que le march et alternatives ce dernier.

Comme on le remarque cet gard, lidentification du file sharing avec un processus de destruction cratrice est un corollaire de la critique que les conomistes proches de la cyberlaw consacrent une gouvernance de linnovation toujours moins encline confier la main invisible de la concurrence le sort de lindustrie, car oriente vers la satisfaction de la demande de contrle dune production de contenus audiovisuels nayant pas lintention de modifier ses stratgies de profit.

Il sagit donc dune vision qui, malgr lindication de la nature du peer-to-peer, qui se veut conomique, et la suggestion quil sagit dun phnomne plus complexe quenregistr par les thoriciens de la old economy, renonce sinterroger sur sa logique sociale, tout comme linterprtation oppose qui voit le file sharing comme une simple destruction de valeur. Au contraire, le dbat sur lconomie du don a le mrite de contraster le rductionnisme interprtatif qui afflige les tudes sur cette pratique numrique, portant la littrature en argument exactment sur le plan de lanalyse sociale.

Outre sa prsence dans les tudes sur la culture convergente de Henry. Jenkins, la rfrence lconomie du don est au centre dune srie darticles de Richard Barbrook et Markus Giesler, dans lesquels il est mis en vidence, dune part, que les pratiques de partages sont lhritage de relations sociales et matrielles lies un systme de circulation du savoir qui sest prfix de manire consciente de dpasser le copyright12 et, dautre part, que lchange de fichiers constitue le ciment social de communauts numriques regroupes autour de cette pratique Nous nous demandons donc, y compris la lumire des critiques visant mettre en vidence les diffrences entre le partage en ligne et les systmes de rciprocit tudis par les anthropologues, si ce schma interprtatif est soutenable et ventuellement suffisant pour expliquer le file sharing.

Le dernier chapitre aborde donc surtout les objections concernant cette approche, qui se concentrent sur lanonymat et la volatilit des changes ne permettant pas de tisser des liens de solidarit entre les personnes qui partagent leurs fichiers et celles qui les copient, mais aussi sur labsence de la composante comptitive du don, base sur le prestige et la reconnaissance, et de celle sacrificielle, fonde sur la cession dutilits soustraites la consommation et investies dans la construction dalliances et de liens damiti.

Nous avons donc analys la structure des rseaux peer-to-peer, en nous penchant sur lorganisation des communauts de production de releases en particulier, celle de la communaut italienne de eMulelinks par rapport laquelle nous avons conduit une srie dobservations - et sur le lien entre ces collectifs et les utilisateurs des rseaux mondiaux de partage, et avons conclus que les pratiques de file sharing ne peuvent pas tre comprises sans prendre en compte leur articulation, qui fait ressortir comment la capacit des conomies du don de dfier lconomie dchange et de se reproduire sur Internet est prcisment due la synergie tablie entre des dynamiques communautaires, des conditions technologiques prcises et des grands systmes anonymes.

The Hi-Tech Gift Economy [en ligne]. First Monday, October Consumer Gift Systems [en ligne]. Journal of Consumer Research, 33, September Au moment o lInternet souvre au commerce et au public mondial, le discours amricain sur les technologies prsente la physionomie dun dbat rgulateur parlant la langue du droit constitutionnel et de linformatique, dans lequel la cyberlaw de Lessig et Boyle montre son ct critique et le lien des ses auteurs avec les batailles pour les droits civiques et la libert de parole.

Ce chapitre examine les conditions exceptionnelles de la naissance dInternet, introduisant lanalyse des pratiques de copie et de distribution des fichiers qui se termine dans la troisime partie qui sont aujourdhui devenues le centre du conflit numrique principal.

A ce propos, on formule lhypothse que, en vertu de ses origines, lInternet pr-commercial constituait un champ autonome, se caractrisant par lexprimentation sociale des possibilits de lenvironnement technologique et dun plan de lgitimit correspondant que les conventions de la recherche et la culture hacker ont tendues lenvironnement lectronique.

Laffrontement li la circulation des copies, lanc avec les affaires Napster et Grokster, est donc interprt, en premier lieu, comme un conflit de lgitimit, dans le cadre duquel lhorizon normatif du champ tlmatique entre en collision avec le rgime de vrit de lespace conomique o lInternet est intgr aprs Dans lanalyse de ce conflit, on se concentre particulirement sur les dynamiques de reproduction de la culture numrique dans les nouvelles conditions de linfrastructure privatise, en faisant observer, ce propos, que la forte inertie du Rseau lgard des agressions gouvernementales et commerciales, longtemps confondue avec un effet des proprits substantielles de linformation chap.

Ceci explique pourquoi la sanction de la copie, au centre des politiques de rglementation dInternet, sest dplace, de manire de plus en plus dcide, de la rpression des comportements illgaux, vers la suppression des conditions technologiques dans lesquelles prennent forme ces comportements. Le trait distinctif de ces politiques est, en fait, labandon de la voie lgislative traditionnelle pour le contrle des actions individuelles et leur remplacement par des mesures technologiques permettant dexclure priori les actions non conformes aux prescriptions des dispositifs lgaux.

La seconde partie du chapitre est donc consacre aux caractristiques de la nouvelle gouvernance de lenvironnement numrique, avec un rfrence particulire la dlgation au plan technologique des impratifs comportementaux lis la reproduction et la distribution des copies et aux projets de reconception dInternet.

Ou plutt, il y a une technologie humaine avant quil y ait une technologie matrielle. Deleuze 1. Parmi les formulations les plus remarques de lexceptionnalit numrique, la dfinition dInternet comme une autoroute [informationnelle] accidentelle frappe par Christopher Anderson dans un article heureux de , a souvent t reprise grce son efficacit iconique et au lien fix par lauteur entre les circonstances particulires de la naissance du Rseau et ses caractristiques persistantes de rsistance face la rgulation et la normalisation commerciale.

Dans lnumration des conditions non reproduisibles qui, selon lauteur, justifiaient lexistence dun espace tlmatique rgi par des logiques propres, Anderson avait ajout au climat culturel particulier qui accompagnait le dveloppement des technologies de communication, lindiffrence substantielle des grandes entreprises du secteur des TIC lgard du dveloppement de linfrastructure numrique. Cet aspect, rarement abord dans les tudes portant sur les origines dInternet, se dtache, en effet, non seulement quand on considre les preuves historiques lies aux annes de gestation du Rseau, mais peut-tre encore plus nettement si on observe leur persistance lors de la priode qui la suivie immdiatement, durant laquelle la libralisation des activits conomiques dans lenvironnement numrique taient dj en cours.

Parmi les exemples les plus clbres, on peut mentionner la sous-valuation de limportance dInternet par Microsoft qui commena abandonner la conception dun systme dexploitation pens pour des postes standing alone, seulement dix ans aprs le dbut de la libralisation des activits conomiques sur lex infrastructure universitaire , en introduisant avec Windows 98 les.

Foucault, Paris : Les ditions de Minuit, , p. Survey of the Internet: the accidental superhighway, The Economist [en ligne]. Rheingold aussi mentionne le Rseau accidentel : [] les composantes les plus importantes du Rseau, sont nes sur la base des technologies cres des fins compltement diffrentes. Le Rseau est n de limagination dune poigne de personnes guides par leur inspiration, et non dun projet commercial.

Comunit virtuali. Parlare, incontrare, vivere nel ciberspazio, trad. Selon David, les raisons fondamentales de lexceptionnalit dInternet sont donc rechercher dans la stabilit de ces conditions oprationnelles assures aux chercheurs par les agences fdrales pendant au moins deux dcennies4. Les argumentations des deux experts mettent donc en vidence que le ct institutionnel de lensemble particulier de facteurs ayant gnr les technologies de communication, stait distingu par la double cause ngative de la non interfrence et de la non directivit du march et du secteur public dans le dveloppement de lInternet.

Les entreprises et les bureaux de la Dfense fdrale conjointement impliqus dans les projets de dveloppement du Rseau, nont en fait jamais fait preuve dhgmonie dans la conduite des travaux. Cette thse est confirme dans Inventing The Internet, dans lequel lhistorique Janet Abbate souligne comment la nomination danciens chercheurs des postes de direction des quipes de dveloppeurs, avait appliqu aux activits du Network Working Group5 - mais aussi avant celles du DARPA le Dpartement de la Dfense charg du dveloppement du projet ARPA - les principes dauto-organisation de la pratique scientifique6.

En examinant les crits de Lawrence Roberts, luniversitaire du MIT qui fut le premier directeur du projet ARPA, on saperoit, entre autres choses, dans quelle mesure ce choix oprationnel tait conscient et adapt aux objectifs de. The Evolving Accidental Information Super-highway. An Evolutionary Perspective on the Internets Architecture [en ligne]. Roberts, en fait, considrait le rseau informatique comme un moyen de promotion de la coopration entre les techniciens et avait illustr le programme scientifique du projet ARPA en faisant remarquer comment, dans des domaines particuliers, crer les conditions dans lesquelles des personnes gographiquement distantes auraient pu travailler ensemble, en interagissant dans le contexte dun systme, aurait permis damener une masse critique de talents7.

Au sein du NWG travaillaient en fait divers groupes de chercheurs et dtudiants choisis sur la base de leur comptence, appartenant des programmes de travail diffrents et bass dans des institutions universitaires et para-universitaires distantes, pour lesquels le dveloppement des systmes dinterconnexion reprsentait simultanment un objet dtude et un instrument de travail - cette poque, en effet, il tait essentiel de partager surtout les ordinateurs, avant mme les connaissances informatiques.

Lune des constantes de ces rseaux de recherche tait donc la diversit des origines, de la formation scientifique et des dotations technologiques la disposition des chercheurs8, dont llment de cohsion rsidait dans lthique professionnelle commune et dans ladhsion personnelle des spcialistes aux projets dinnovation concernant les systmes de tlcommunication. Dans le climat culturel des annes 60 et 70, les communauts informatiques se consacrant aux systmes distants temps partag timeshared computers et aux langages de programmation, partageaient la conviction de participer une entreprise pionnire qui aurait libr les processus informationnels des limites des architectures technologiques connues, gres par des dispositifs de contrle centraliss9.

Les ingnieurs prnaient lide dune autogouvernance des rseaux de la cyberntique de Wiener et de la thorie de linformation de Von Neumann qui leur permettait dunir les notions dinformation.

Multiple Computer Networks and Intercomputer Communication. Trait de P. Letica hacker e lo spirito dellet dellinformazione, trad. Weaving the Web. Larchitettura del nuovo Web, Milano: Feltrinelli, Transforming Computer Technology. En vertu de cet esprit collectif, le contexte de la recherche sur les rseaux tait imprgn par un niveau lev de collaboration, dinformalit et de responsabilit sociale que les informaticiens transposaient aux principes de fonctionnement des technologies et aux modes de travail des environnements interconnects dans lequel mrissait le nouveau paradigme technologique.

Les premiers lieux de rencontre virtuelle taient reprsents par des systmes de confrence via des listes de diffusion, le plus clbre tant USENET, un forum n comme lieu dchange pour les utilisateurs du systme UNIX, ensuite volu en une multi-plateforme de forum visite par des tudiants, des activistes politiques et des hackers11, o lhabitus professionnel des techniciens se combinait avec la culture libertaire des universits.

Cest ainsi que sest gnre la culture pistmique caractristique des dveloppeurs du Rseau, comme en tmoignent les artefacts techniques qui diffusrent de manire semiconsciente dans la culture matrielle de nos socits lesprit libertaire [des] mouvements des annes 60 Il est connu que la motivation de ces groupes de scientifiques et dinformaticiens, tait la recherche de la pleine interoprabilit des applications qui tait promue par le biais de la standardisation des normes du Rseau visant faire dialoguer des ordinateurs et systmes dexploitation diffrents et assurer la libert pour les utilisateurs de modifier lhardware et le software pour des raisons de ncessit et de curiosit scientifique, conformment lesprit du hacking En sorientant vers la capacit dexpansion du Rseau, les techniciens modelaient ainsi les normes de communication sur la base de leur capacit de dialoguer avec les technologies futures, faisant de la compatibilit.

Pour une prsentation critique de cette conception, se reporter au chapitre suivant. The Rise of the Network Society, , trad. La nascita della societ in rete, Milano: Bocconi, , p. Cest sur ces bases que sest dfinie larchitecture ouverte du futur Internet TCP-IP et du clbre principe end-to-end, en vertu duquel toute dcision lie lutilisation et la circulation des paquets de donnes est gre par les nuds terminaux, o rside lintelligence oprationnelle absente dans le cur du rseau do la dfinition de Rseau stupide Cette stratgie organisationnelle, souvent attribue par les historiens la conception militaire du rseau distribu et de la commutation de paquets, tait dj applique, de facto, dans les pratiques de recherche ngocie des normes requests for comments , ayant pour mission dassurer la discussion et la diffusion des spcifications techniques des protocoles dARPANET entre les chercheurs dissmins sur le Rseau Dailleurs, comme la soulign Castells, ARPANET ntait pas une technologie vraiment militaire, mme si ses composants cls [] ont t dvelopps par Paul Baran la Rand Corporation pour construire un systme de communication capable de survivre une guerre nuclaire.

La pratique des RFCs, lance en sous la coordination de Steve Crocker de luniversit de Californie UCLA , termina en un an la rdaction des principes de communication dARPANET, selon les modalits oprationnelles caractristiques rappeles de la manire suivante par David : Les propositions qui semblaient intressantes taient slectionnes et testes par les techniciens, ensuite les applications juges utiles taient copies dans des systmes similaires du Rseau.

Toute personne pouvant accder ARPANET pouvait participer au processus, car, bien que les spcifications des rseaux aient t considres comme des normes militaires milspec , elles ntaient pas classifies et restaient donc ouvertes et accessibles gratuitement. Finalement, quand le protocole de transfert de fichiers FTP a commenc tre utilis, les RFCs taient prpars sous forme de fichiers en ligne auxquels on pouvait accder via le.

Le caractre appropri de ce choix est exprim dans lobservation de Bateson pour qui tous les systmes innovants et cratifs sont divergents, et, vice versa, les squences dvnements prvisibles sont, ipso facto, convergentes. Mind and Nature: A necessary Unity , trad. Mente e natura, Milano: Adelphi, , p. Rise of the Stupid Network, Computer Telephony [en ligne].

Aot Inventing the Internet, op. Linformazionalismo e la network society, dans P. Aprs le dveloppement du protocole de rseau NCP , la communaut ARPANET a continu grandir grce llaboration dinstruments de communication et dapplications pour lenvironnement numrique comme le systme de poste lectronique REDMAIL, dvelopp par Ray Tomlinson en partir dune des facilities de la communication tlmatique, et cl de vote du passage de lInternet de systme de transmissione de donnes medium de communication.

Avec le courriel et aux autres applications internet entres dans le quotidien des usagers, comme le web et le peer-to-peer19, la publication au format ouvert, lexprimentation sur le Rseau des solutions, la copie et la diffusion des propositions juges les meilleures, reprsentent les aspects mergents dun mode de travail qui sest reproduit, mme postrieurement, dans les diffrentes conditions de lInternet aprs La publication des contributions dans un contexte de reconnaissance mutuelle et de valorisation de la comptence continue en fait, mme aujourdhui, se transformer dans le capital social et symbolique de la rputation et de lattention du public, ou ils se cumulent avec une activit anonyme qui trouve son sens dans la croissance dun patrimoine public de connaissances et dutilits en continuit troite avec la conscience des premires coutumes communautaires.

De la mme manire, la pratique de la copie, qui montre la fixation technologique des origines grassroots et open source des artefacts informatiques, a connu une expansion formidable avec les nouvelles dimensions de masse dInternet.

Apr 02,  · Art, Culture, History, Tourism. Bilingual Traveler Magazine. Cameroon’s information and guide. L'art, la culture, les traditions, le tourisme au Cameroun. .

8 thought on “Various - Quest-ce Quil Y A? (Cassette)”

  1. Samut says:
    Scribd is the world's largest social reading and publishing site.
  2. Dizahn says:
    Quote from Nilsen (a.k.a. Stemland): 'The cassette came in a paper bag printed on both sides and there were included inside two sheets with artwork, lyrics and addresses. The cassette was a result of Dave Henderson's 'Wild Planet' article in "Sounds" [defunct UK music weekly]/5(2).
  3. Kagajind says:
    O Scribd é o maior site social de leitura e publicação do mundo.
  4. Shakajinn says:
    Quest CE is a privately held company in the United States that specializes in providing compliance training and continuing education to the financial services industry. History. Quest CE was founded in in Newport Beach, California and was formerly known as Newport Financial Consultants, LLC (NFC Consulting Group). In Talbot Financial Headquarters: Milwaukee.
  5. Tygolkis says:
    En finir avec quest-ce que cest?Contrairement. De même, il d’autres herbicides comme qu’un problème se pose lorsque le taux de couverture du marché dépasse ou j écris le champignon pathogène insta, faceboo’, etc) se ferment automatiquement menées par la fonctions de notre. point | qu’il y aura des femmes Dans source de votre.
  6. Dur says:
    Ainsi, an de pouvoir dterminer le statut de luvre reproduite, jai suppos quil y a deux horizons, lartistique et le non-artistique, et quen fonction de la vise de lauteur, lnonciation se trouve engage dans lun ou lautre de ces horizons. tel, version 1 - 28 Mar La place de la rception.
  7. Tygorisar says:
    couv. plat page 1. world intellectual property o r g a n i z at i o n. o r g a n i s at i o n mondiale de la proprit intellectuelle. principles of copyright. notions fondamentales cases and. du droit dauteur materials professor david vaver. notions fondamentales du droit dauteur recueil de jurisprudence principles of copyright professeur pierre sirinelli.
  8. Tauzragore says:
    TRX suspension training said: trx training for seniors faugladtauscinagcirsinglenmaerisdeansti.xyzinfo cheap beats said: wmlgqaxztuy And for the first time.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Education WordPress Theme By Logical Themes